Category

Actualités

A Lyon, duel judiciaire entre l’avocat général Courroye et son ancien collègue Bilger

By | Actualités

« Tout ce que ressasse Philippe Bilger est rigoureusement inexact », a plaidé Me Olivier Baratelli, en rappelant que la nomination de Philippe Courroye à Nanterre datait de la présidence de Jacques Chirac, bien avant le quinquennat Sarkozy. « Du coup, toute sa thèse s’effondre, a martelé l’avocat, en rappelant que le procureur Courroye avait mené 3 345 actes de procédures, dont 37 perquisitions, dans son enquête préliminaire tentaculaire. L’accusation d’avoir voulu étouffer l’affaire Bettencourt, ça fait pschitt. »

Lire en ligne : https://www.lemonde.fr/societe/article/2022/05/18/a-lyon-duel-judiciaire-entre-l-avocat-general-courroye-et-son-ancien-collegue-bilger_6126619_3224.html#xtor=AL-32280270

2022 05 18 Article LE MONDE

 

Lombard Baratelli Astolfe & associés poursuit son développement et promeut Maîtres Vanessa DE ABREU et Coralie LARTIGUE

By | Actualités

🚀 Lombard Baratelli Astolfe & associés, qui poursuit son développement (Lombard Baratelli Astolfe & associés étend son maillage national – Magazine Decideurs (magazine-decideurs.com)), après avoir remporté deux trophées d’or au Palmarès du Droit 🏆, a le plaisir d’annoncer deux nouvelles nominations :

👉 Vanessa DE ABREU, en qualité d’associée.

Vanessa DE ABREU est avocate depuis 11 ans et spécialisée en droit du travail, contentieux prud’homal et sécurité sociale, conseil RH et relations collectives.

👉 Coralie LARTIGUE, en qualité de counsel.

Coralie LARTIGUE est avocate depuis 6 ans et spécialisée en droit civil, procédures civile et commerciale, contentieux de la redevabilité pécuniaire des dirigeants, droit de la copropriété et RSE.

 

📢 https://www.magazine-decideurs.com/news/lombard-baratelli-astolfe-associes-promeut-deux-avocates

Vidéos-Pegasus: “la presse française doit arrêter de salir le Maroc” (Me Olivier Baratelli)

By | Actualités

Le tribunal de Paris a examiné, mercredi 26 janvier 2022, la recevabilité des poursuites engagées par l’Etat marocain contre Le Monde, Radio France, France Media Monde, Mediapart, L’Humanité, Forbidden Stories et Amnesty international qui ont accusé le Maroc sans la moindre preuve tangible d’utiliser le “logiciel espion Pegasus”.

“Les grands médias français, qui ont claironné le 18 juillet 2021 que le Maroc avait utilisé Pegasus, veulent aujourd’hui esquiver le débat, car l’enquête en France a démontré que c’était faux”, a déclaré Me Olivier Baratelli à Atlasinfo, à l’issue des plaidoiries.

“Il faut que la presse française arrête de salir le Maroc”, a lancé l’avocat du Royaume.

“Le Maroc a le droit de défendre l’honneur terriblement bafoué de ses services de renseignement” par des “journalistes irresponsables”, a plaidé l’avocat du Maroc.

Selon Me Baratelli, les prévenus “utilisent des artifices de procédures pour faire un écran de fumée et éviter le débat de fond”. “Je trouve cela parfaitement scandaleux et irrespectueux pour le Maroc et les Marocains qui ont le droit de connaître la vérité”.

Et de souligner que “les médias français risquent une condamnation pénale et ils essayent d’échapper par tous les moyens les plus vils à cette condamnation”.

Pour l’avocat du Maroc, “pas une expertise scientifique, pas un élément, pas un témoignage, rien de ce qui a été avancé n’a prouvé que le Maroc a utilisé le logiciel Pegasus”.

“Je suis d’une confiance absolue quant à la décision qui va être rendue le 25 mars prochain”, a affirmé à Atlasinfo Me Baratelli.

“Le Royaume du Maroc va être autorisé à défendre l’honneur de ses services”, a-t-il ajouté, indiquant qu’un débat de fond aura lieu et que les médias français auront à répondre de leurs allégations.

Source : AltlasInfo.fr

Affaire Pegasus : « Les médias français risquent une condamnation pénale » (Me Baratelli)

By | Actualités

Concernant l’accusation d’utilisation du logiciel Pegasus par le Maroc, Me Olivier Baratelli déclare que l’enquête en France a démontré que le Maroc n’avait jamais utilisé le logiciel, et que la presse française devrait cesser de salir l’image du Royaume.

Le tribunal de Paris a examiné, mercredi 26 janvier, la recevabilité des poursuites engagées par l’État marocain contre Le Monde, Radio France, France Media Monde, Mediapart, L’Humanité, Forbidden Stories et Amnesty international, qui ont accusé le Maroc d’utiliser le « logiciel espion Pegasus ».

« Le Maroc a le droit de défendre l’honneur terriblement bafoué de ses services de renseignement » par des « journalistes irresponsables », a plaidé l’avocat du Maroc, Me Olivier Baratelli, dans une déclaration accordée à Atlasinfo.

« Les grands médias français, qui ont claironné le 18 juillet 2021 que le Maroc avait utilisé Pegasus, veulent aujourd’hui esquiver le débat… Car l’enquête en France a démontré que c’était faux », a déclaré Me Baratelli, précisant que « le Maroc n’a jamais utilisé le logiciel Pegasus ».

« Il faut que la presse française arrête de salir le Maroc », martèle-t-il.

Ces médias utilisent des artifices de procédures « pour faire un écran de fumée et éviter le débat de fond. Je trouve cela parfaitement scandaleux et irrespectueux pour le Maroc et les Marocains qui ont le droit de connaître la vérité », a souligné l’avocat. « Les médias français risquent une condamnation pénale et essayent d’y échapper par tous les moyens, les plus vils. »

Source media24.com