Category

Actualités

Maître Céline Astolfe au procès Le Scouarnec

By | Actualités

Quand Laura Temperault dépose plainte à la gendarmerie de Jonzac (Charente-Maritime), le 25 avril 2017, celle-ci ignore encore que sa fille de 6 ans va mettre au jour l’une des plus importantes affaires de pédophilie en France. La veille, Lucie (le prénom a été changé) a confié à ses parents avoir vu le « zizi » du voisin, puis mimé les gestes qu’il l’aurait contrainte à faire à travers le grillage.

Le voisin en question, c’est Joël Le Scouarnec, chirurgien digestif un peu taciturne mais apprécié à l’hôpital pour ses qualités professionnelles. « Parce qu’il était médecin, personne n’a longtemps voulu nous croire à Jonzac », se souvient avec amertume Laura Temperault. Les enquêteurs, eux, comprennent vite qu’ils sont face à un profil hors normes : en perquisition, ils ont retrouvé des supports numériques et des carnets manuscrits comportant des dizaines de noms d’enfants, filles et garçons, assortis de commentaires sur ce que le chirurgien leur aurait fait subir. Une sinistre comptabilité qui porterait à 349 le nombre de ses victimes potentielles, abusées au fil de trente ans de carrière dans les hôpitaux de Loches (Indre-et-Loire), Vannes, et Lorient (Morbihan) Quimperlé (Finistère) et Jonzac.

En attendant la clôture de l’instruction dans ce volet, l’ex-chirurgien de 69 ans comparaît à partir de ce vendredi et pour trois jours aux assises de la Charente-Maritime pour une première série de faits. L’audience, qui se tient à huis clos à la demande de trois des quatre victimes, concerne des viols et agressions sexuelles commises sur Lucie et trois jeunes femmes alors mineures : deux de ses nièces ainsi qu’une jeune patiente hospitalisée en 1998 pour une pancréatite aiguë. Pour trois autres, les faits sont aujourd’hui prescrits.

Pédophile assumé et compulsif -il possédait plus de 300 000 images pédopornographiques et avait été condamné pour cela en 2005- Joël Le Scouarnec n’a pour l’heure reconnu que des agressions sexuelles. « Il a fait beaucoup de mal autour de lui et il en a conscience, mais il conteste les viols », confirme son avocat, Me Thibaut Kurzawa.

De quoi soulever la colère des parents de Lucie, qui « espèrent qu’il sera enfin poussé dans ses retranchements », insiste leur conseil Me Francesca Satta. « L’un des enjeux de ce procès sera aussi de comprendre comment il a pu exercer autant d’années, sans que le monde médical, informé de cette condamnation, ne prenne la moindre mesure », souligne Me Céline Astolfe. L’avocate de la Fondation pour l’enfance, partie civile, s’émeut d’une forme de banalisation de la détention d’images pédopornographiques « qu’on ne peut par principe décorréler d’un passage à l’acte. Derrière chacun de ces clichés il y a aussi de vrais enfants, et des violences commises. »

Lire la suite sur Le Parisien.fr

Maître Céline Astolfe demande la publicité des débats au procès Le Scouarnec

By | Actualités

“La raison de ce huis clos n’est pas le manque de courage. C’est simplement l’application de la loi.” La voix d’Isabelle Fachaux, la présidente de la cour d’assises de Charente-Maritime, résonne jusque dans le hall du palais de justice. Elle vient de prononcer le huis clos total pour le procès de Joël Le Scouarnec. Le “chirurgien de Jonzac” est jugé à partir du vendredi 13 mars pour des viols et/ou des agressions sexuelles sur quatre mineures dans ce premier volet de l’une des plus vastes affaires de pédocriminalité en France. Le public et les journalistes récupèrent à la hâte leurs affaires. Puis les portes se referment. Ce que dira l’accusé restera entre les murs de la salle.

Une heure plus tôt, Joël Le Scouarnec, crâne dégarni couronné de cheveux blancs, lunettes fines sur le nez, a pris place dans le box des accusés, vêtu d’un long manteau noir. Invité à décliner son identité, il mentionne son ancienne profession, “chirurgien”, et sa résidence, “maison d’arrêt de Saintes”, où il est en détention provisoire depuis trois ans, “et, avant, Jonzac”. Il s’assoit et ôte son manteau. D’un regard perçant, avec une expression fermée, il scrute lentement chaque visage de l’assistance. Pédophile assumé, il “entend s’exprimer librement”, assure son avocat. Pour cette raison, Thibaut Kurzawa demande la tenue d’un procès à huis clos, sans jamais prononcer clairement le mot.

“La publicité des débats lui ferait plaisir”

Car le huis clos total, c’est aussi et surtout une requête de trois parties civiles : deux nièces de l’ancien chirurgien digestif et une ancienne patiente âgée de 4 ans au moment des faits. “Ce n’est pas faire le jeu de Joël Le Scouarnec que d’interdire la publicité des débats, au contraire”, plaide Delphine Driguez, conseil des deux nièces. Elles sont arrivées en dissimulant leur visage derrière leurs vestes. Leur avocate demande le huis clos en raison de “l’âge” de ses clientes – elles étaient mineures au moment des faits –, la “nature des faits [de viol]”, “la pudeur” et les clichés “insoutenables” qu’elles ont découverts dans le dossier. Leur oncle est accusé d’avoir profité de leur sommeil pour commettre des agressions sexuelles et s’être pris en photo pendant les actes. “En plus d’être pédophile, Joël Le Scouarnec était exhibitionniste, insiste Delphine Driguez. La publicité des débats lui ferait plaisir.”

Huis clos total, partiel ou publicité des débats : la question n’est pas tranchée pour les associations de protection de l’enfance, parties civiles au procès. Pour Céline Astolfe, qui défend la Fondation pour l’Enfance, “il est capital de laisser ouvertes les portes des prétoires”. Au contraire, Marie Grimaud, qui représente l’association Innocence en danger, demande un huis clos total “pour la sérénité des débats”. Quant à l’avocat général, Mathieu Auriol, il souhaite autoriser les familles des plaignants à assister à l’audience “en soutien”. En revanche, il ne croit pas “que le huis clos autorisé aux médias soit constructif pour la recherche de la vérité”.

Francesca Satta n’est pas de cet avis. L’avocate des parents de Lucie*, la petite voisine de Joël Le Scouarnec à Jonzac, qui dénonce un viol à travers la clôture mitoyenne, réclame un huis clos partiel. Selon elle, il s’agirait d’un “bon compromis” pour assurer à la fois “une transparence de la justice” et “permettre que les secrets de certaines dépositions puissent être respectés”. “Ce silence lui a profité pendant des années”, lance-t-elle en direction de l’accusé assis en face. Depuis les bancs des parties civiles, elle se définit comme “la voix de ses clients” : “Ils ressentent une douleur terrible et en ont assez de ce silence qui dure.” Et qui va perdurer, puisque c’est finalement sans presse, ni public, que la cour va se pencher jusqu’au mardi 17 mars sur ces quatre cas.

“Je veux leur dire que le monsieur est méchant”

Ecœurés, les parents de Lucie ont quitté l’audience après la décision sur le huis clos. “On est encore en train de couvrir Le Scouarnec”, déclare le père de la fillette. Attablé à la terrasse d’un café en face du palais de justice, il se dit “vexé de la justice, à qui [il] ne fai[t] plus confiance”. “J’ai une petite fille qui pleure parce qu’elle sait qu’il y a un procès. Elle me dit ‘je veux y aller, leur dire que le monsieur est méchant’. Une petite fille de 9 ans a ce courage, malheureusement sa femme, à son âge, ne l’a pas”, regrette avec une grande amertume Jérôme Loiseau.

Car ni l’épouse de Joël Le Scouarnec, dont il est séparé, ni l’un de ses fils, qui devaient témoigner, ne sont finalement présents. La femme de l’accusé a produit un certificat médical. La présidente de la cour d’assises a demandé une expertise pour vérifier qu’elle était réellement souffrante. Le père de Lucie aurait aimé “que l’omerta familiale soit dénoncée”. “Est-ce que sa femme était au courant dès le départ ?” La question reste en suspens, autant pour Jérôme Loiseau que pour sa fille, qui “attend des réponses”.

“Comprendre comment il en est arrivé là”

Les perquisitions ont révélé des milliers de documents informatiques du chirurgien, dont un journal intime, commencé en 1990. Dans son carnet, il décrit de possibles abus, ce qui a permis d’identifier à ce jour 349 victimes potentielles. Ces cas font l’objet d’autres investigations et ne seront pas abordés à Saintes. Vendredi, la cour d’assises de Charente-Maritime a commencé par l’examen de la personnalité de l’accusé. Une experte psychiatre a été entendue dans la matinée, la sœur de Joël Le Scouarnec dans l’après-midi.

“C’est un petit malin. Sa personnalité, on l’a tous comprise. De toute façon, ce mec n’est rien”, raille Jérôme Loiseau. Malgré l’appel de son avocate, lui n’est pas revenu assister aux débats, contrairement à sa compagne. “Joël Le Scouarnec aborde cette audience avec un peu de stress, de l’anxiété, mais en même temps la patience de s’exprimer, de s’expliquer et de donner des éléments de réponse à ses victimes. Mais aussi de comprendre comment il en est arrivé là”, a assuré l’avocat de l’accusé avant la reprise de l’audience, vers 15 heures. Dans ce premier procès, l’ancien chirurgien encourt vingt ans de réclusion criminelle.

* Le prénom a été changé

Lire l’article sur France Info

Maître Céline Astolfe défend la Fondation pour l’Enfance au procès Le Scouarnec

By | Actualités

Le procès de l’ex-chirurgien se tiendra derrière des portes closes. Le huis clos total a été prononcé ce vendredi 13 mars dans la matinée. À Saintes (Charente-Maritime), jusqu’au 17 mars, il est jugé pour des agressions et viols sur quatre mineures.

Sans surprise et sans même se retirer pour délibérer, la cour d’assises de Charente-Maritime a prononcé ce vendredi 13 mars, dans la matinée, le huis clos total pour le procès de Joël Le Scouarnec. Cet ex-chirurgien de 69 ans va donc être jugé à l’abri du public et de la presse, jusqu’au 17 mars, pour des agressions sexuelles, viols et exhibition sexuelle commis sur quatre mineures : deux nièces, une jeune voisine et une jeune patiente. Il va aussi être jugé en récidive pour détention d’images pédopornographiques, un délit pour lequel il a déjà été condamné à quatre mois de prison avec sursis, à Vannes, en 2005.

Il est par ailleurs soupçonné d’avoir abusé de 349 victimes tout au long de sa carrière professionnelle. Ce second volet de l’affaire fait actuellement l’objet d’une enquête préliminaire à Lorient (Morbihan).

Sur la question du huis clos, les différentes parties étaient partagées. Me Driguez, l’avocate des deux nièces – les filles de la sœur de Joël Le Scouarnec, que ce dernier aurait agressées entre 1989 et 1999, alors qu’elles étaient âgées de 3 à 9 ans – a sollicité le huis clos total : Par pudeur pour mes clientes. Je vais devoir montrer des photos insoutenables. En plus, je pense que la publicité des débats pourrait lui (l’accusé, N.D.L.R.) procurer un certain plaisir. Mes clientes veulent pouvoir s’exprimer librement, sans gêne.

Céline Astolfe, avocate de la Fondation pour l’enfance, avec Me Driguez, qui soutient l’ex-femme de Joël Le Scouarnec (à droite). | MARC OLLIVIER/OUEST-FRANCE

Sans surprise et sans même se retirer pour délibérer, la cour d’assises de Charente-Maritime a prononcé ce vendredi 13 mars, dans la matinée, le huis clos total pour le procès de Joël Le Scouarnec. Cet ex-chirurgien de 69 ans va donc être jugé à l’abri du public et de la presse, jusqu’au 17 mars, pour des agressions sexuelles, viols et exhibition sexuelle commis sur quatre mineures : deux nièces, une jeune voisine et une jeune patiente. Il va aussi être jugé en récidive pour détention d’images pédopornographiques, un délit pour lequel il a déjà été condamné à quatre mois de prison avec sursis, à Vannes, en 2005.

Il est par ailleurs soupçonné d’avoir abusé de 349 victimes tout au long de sa carrière professionnelle. Ce second volet de l’affaire fait actuellement l’objet d’une enquête préliminaire à Lorient (Morbihan).

Sur la question du huis clos, les différentes parties étaient partagées. Me Driguez, l’avocate des deux nièces – les filles de la sœur de Joël Le Scouarnec, que ce dernier aurait agressées entre 1989 et 1999, alors qu’elles étaient âgées de 3 à 9 ans – a sollicité le huis clos total : Par pudeur pour mes clientes. Je vais devoir montrer des photos insoutenables. En plus, je pense que la publicité des débats pourrait lui (l’accusé, N.D.L.R.) procurer un certain plaisir. Mes clientes veulent pouvoir s’exprimer librement, sans gêne.

« Le seul moyen d’obtenir la vérité »

Sans surprise également, le procureur, Mathieu Auriol, a aussi requis le huis clos total : Nous sommes face à une pression médiatique qui peut être nuisible. De manière plus étonnante, Me Grimaud, l’avocate de l’association Innocence en danger, a, elle aussi, souhaité que la salle d’audience soit close : C’est le seul moyen, au regard de la personnalité de Joël Le Scouarnec, d’obtenir une vérité.

En revanche, Me Satta qui défend les anciens voisins de Joël Le Scouarnec, dont la fille a permis de révéler l’affaire, aurait préféré un huis clos partiel, c’est-à-dire ouvert à la presse : Le public a aussi besoin de se forger une opinion. Ce huis clos partiel éviterait de faire perdurer un silence qui a profité durant tant d’années à l’accusé. Ce sera en effet l’un des enjeux de ce procès : déterminer qui dans la famille de ce chirurgien connaissait ses tendances pédophiles. Qui savait aussi parmi les instances ordinales ?

Source : Ouest-France Pierrick BAUDAIS. Publié le 13/03/2020 à 11h33

Olivier BARATELLI obtient la restitution d’un trésor inestimable à la Ville de Nancy

By | Actualités

On a cru longtemps qu’il s’agissait d’une statue de Louis XIV. Mais depuis 2013, cette sculpture proposée par un antiquaire parisien pour 300.000 €, s’est révélée représenter le duc de Lorraine Charles V, mystérieusement disparu de Nancy en 1936. Où il revient enfin !

Olivier BARATELLi obtient la restitution d’un trésor inestimable à la Ville de Nancy - L'Est Republicain

Source : L’Est Républicain

« Air Cocaïne » : sept des neuf accusés condamnés à des peines allant jusqu’à dix-huit ans de prison

By | Actualités

Des peines allant jusqu’à vingt-cinq ans de prison avaient été requises dans cette affaire de trafic de drogue en bande organisée. (…)

Un « crash judiciaire », c’est ce que redoutait Me Céline Astolfe, avocate de Fabrice Alcaud, ce dirigeant de SN-THS qui, à l’issue du deuxième vol à Quito – revenu à vide –, avait pourtant fait part de ses doutes aux services de police jusqu’à être inscrit au fichier des sources de l’Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants. L’accusation avait vu dans la comptabilité aléatoire de SN-THS, dans le paiement présumé en espèces des trois vols la signature de la connaissance par ces dirigeants de ce que transportait le Falcon 50. « Je veux bien qu’on dise qu’ils étaient de piètres chefs d’entreprise, que SN-THS c’était le bazar, mais comment lutter contre une accusation qui dit qu’une négligence comptable est un crime », a déploré Me Astolfe.

Lire la suite sur Le Monde.fr

« Air Cocaïne » : sept des neuf accusés condamnés à des peines allant jusqu’à dix-huit ans de prison

Affaire air cocaïne : Maître Céline ASTOLFE plaide l’acquittement

By | Actualités

« Savaient-ils ou pouvaient-il ignorer » que les Falcon transportaient de la cocaïne? Devant la cour d’assises spéciale d’Aix-en-Provence, la défense des accusés du dossier «Air Cocaïne» a tenté de démonter les accusations de l’avocat général contre les neuf mis en cause. (…)

Me Céline Astoffe, avocate de Fabrice Alcaud, l’autre gestionnaire de SNTHS, a dénoncé de la part de l’avocat général une «posture accusatoire qui est le contraire d une accusation démontrée» et élaborée parce qu’il fallait «que ce dossier tienne à tout prix».

Mais «c’est un dossier malade, une carlingue bricolée», a-t-elle assuré. Avec les avocats des pilotes, «on lutte contre une accusation qui n a pas de fondement», a-t-elle affirmé.

L’avocate a souligné «l’absence d’éléments intentionnels» dans le cas de son client. «Il ne peut être établi qu’il avait une volonté ou une connaissance de participer à un trafic».

Lire la suite sur Liberation.fr